Les études et formations à suivre dans la filière bière

biere

Actuellement, la filière bière est en pleine mutation. Très rare dans le domaine agroalimentaire, cette explosion soudaine des microbrasseries pousse la filière à s'améliorer en gamme avec de produits diversifiés. Mais qu'en est-il des études et des formations pour être brasseur ?

À propos du métier

Il y a deux types de brasseurs, le premier travaille pour une entreprise comme ingénieur ou simple ouvrier et l'artisan qui travaille pour son propre compte. Peu importe le milieu, la fabrication de la bière suit un processus drastique invariable. En général, les tâches d'un brasseur consistent à :

• trier la matière première ;

• contrôler le maltage ou la germination de l'orge, ensuite faire sécher et réaliser la torréfaction des grains ;

• amalgamer le malt avec l'eau, passer au chauffage du mélange ou autrement dit au brassage afin d'obtenir le moût ;

• surveiller la température des récipients ;

• ajouter des arômes dans le mélange de fleurs de houblon en vue d'intensifier le parfum ;

• ensemencer le moût obtenu avec les levures de bière pour la fermentation ;

• prendre quelques échantillons pour réaliser des tests ;

• nettoyer et entretenir les différentes machines ;

• faire un suivi des clients tout en développant la clientèle ;

• entretenir une bonne relation avec les fournisseurs.

Quelles études et quelles formations entreprendre ?

Comme tous les autres, le métier de brasseur exige des diplômes en fonction du poste convoité. Un ingénieur en brasserie industrielle doit :

• être titulaire d'un diplôme d'ingénieur en agroalimentaire.

Un ouvrier ou technicien en brasserie industrielle doit :

• être titulaire d'un Baccalauréat Professionnel Bio-Industries de Transformation ;

• être titulaire d'un DUT Génie Biologique option Industries Agroalimentaires et Biologiques ;

• suivre un stage de brasseur. Un brasseur artisanal ou indépendant doit :

• suivre des formations non diplômantes à l'IFBM de Nancy ;

• suivre un module de formation en continue au CFPPA de Douai ;

• être titulaire d'un diplôme Universitaire en opérateur de brasserie délivré par le département biotechnologie de l'Université de La Rochelle.

En ce qui concerne la rémunération, elle est au niveau du SMIG pour un ouvrier-brasseur débutant alors qu'un ingénieur débutant gagne dans les 2.700 € mensuellement.

Par ailleurs, la rémunération d’un artisan varie selon les bénéfices opérés.

Les qualités nécessaires pour être un bon brasseur

• La réactivité est de mise : face aux imprévus tels qu'une température inadaptée, une contamination des céréales, une manipulation incorrecte des machines et autres, un brasseur doit être en mesure de remédier rapidement à ces problèmes. Pour y parvenir, il doit contrôler scrupuleusement le déroulement de toutes les étapes.

• Faire preuve de rigueur et de minutie : l'utilisation de machines assez complexes requiert une grande précision sur les réglages. De plus, les règles relatives à l’hygiène et les mesures de sécurité doivent être impérativement respectées.

• Être autonome : un brasseur artisan travaille souvent seul. Ainsi, il doit être capable de tout faire. En outre, savoir organiser son activité et gérer ses stocks ainsi que ses déplacements sont aussi des compétences requises pour ce métier.